Lagarfljót

Lieu précédent Lieu suivant Voir le jour correspondant

Paysage Grundarfjörður – Ólafsvík (route 54, 57, 58) 11/09/2009 ~11:00

Intérêt du lieu **
Facilité d'accès *****
Coordonnées GPS +64° 56' 30", -23° 10' 48"

Notre première étape de la journée a été de ne pas faire d'étape. Cela peut paraître surprenant, mais en ce matin du vendredi 11 septembre, le temps était véritablement mauvais et il pleuvait à verse. Nous avons donc roulé le long de la côte nord de la péninsule Snæfellsnes avec une visibilité nulle et en loupant probablement tout ce que nous pouvions voir, y compris les paysages apparemment magnifiques que les gentils propriétaires de l'auberge de jeunesse de Korpudalur nous avaient conseillés...

De manière générale, depuis le 5 septembre et les environs du lac Mývatn, la météo n'avait pas vraiment été clémente avec nous. Nous avions au moins espéré pouvoir profiter de la péninsule Snæfellsnes avec une visibilité supérieure à 500 mètres, mais nous avons dû nous rendre à l'évidence : ça ne serait pas le cas. C'est en partie pour cela que nous avons roulé sans nous arrêter sur toute la côte nord.

Nous avons parcouru la route 58 depuis Stykkishólmur, puis nous sommes partis à l'ouest vers Grundarfjörður via la route 57 (Snæfellsnesvegur). Quand nous sommes arrivés à Grundarfjörður, petite ville portuaire de moins de 1000 habitants, le temps n'était pas plus clément, alors nous ne nous sommes pas arrêtés. Notre guide ne mentionnait de toute façon rien de particulier ici.

Après Grundarfjörður, nous avons continué sur la route 54 vers l'ouest et sommes arrivés à Ólafsvík. Cette petite ville d'à nouveau 1000 habitants est également un port de pêche... Malheureusement, il faisait toujours aussi mauvais, et notre guide ne mentionnait rien non plus ici. Alors nous avons poussé encore plus à l'est en espérant que la météo deviendrait un peu plus clémente au fur et à mesure que nous approchions du parc national de Snæfellsjökull.

Lorsque l'on arrive près du parc, il faut se préparer à entrer en terrain inhabité. Après Hellissandur, l'horizon est dominé par la gigantissime antenne-relais qui transmet la radio nationale RÚV. Bizarrement, elle n'est pas du tout ancrée dans le sol, mais maintenue en place par des câbles monstrueux. Probablement pour mieux résister aux tempêtes. Toujours est-il que c'est le dernier signe de civilisation avant de nombreux kilomètres.


Lieu précédent Lieu suivant Voir le jour correspondant

L M M J V S D
24 25 26 27 28 29 30
31 01 02 03 04 05 06
07 08 09 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
août-septembre 2009
XHTML 1.1 Valide CSS 2.1 Valide