Sauðanes

Jour précédent Lieu suivant Voir le jour correspondant

Glacier Skálafellsjökull 02/09/2009 ~10:00

Intérêt du lieu *****
Facilité d'accès *
Localisation Voir la carte
Coordonnées GPS +64° 15' 13", -15° 51' 18"

En ce matin du 2 septembre, nous avions à nouveau rendez-vous tôt le matin pour entreprendre une activité liée aux glaciers. La veille nous avions acheté à Höfn deux places pour faire de la motoneige sur le glacier Vatnajökull. Alors de deux choses l'une, oui, le prix est exorbitant (25 000 kr, soit 140 euros pour deux), mais non, ce n'est pas du tout de l'argent perdu !

Le rendez-vous est organisé au croisement entre la route 1 et la « célèbre » piste F985 (Jökulvegur). Il faut savoir que lorsque vous louez un véhicule en Islande, qu'il soit de tourisme ou tout-terrain, il est strictement interdit de se balader dans le centre de l'île et surtout pas sur toute route préfixée par un « F », signifiant « fjall », signifiant « montagne » (ça dépend des loueurs cela dit). Pour se rendre sur le glacier, il faut donc avoir recourt à un tour operator disposant de véhicules assez puissants pour gravir la montagne. Et le moins que l'on puisse dire c'est que les véhicules de Glacier Jeeps étaient largement adaptés à cela.

Nous sommes montés dans le 4x4 du conducteur qui semblait avoir le plus d'expérience, c'est à dire celui qui a dégonflé ses pneus avant d'entreprendre la montée (recommandé quand le terrain devient peu praticable). Je dois dire que je suis bien content de ne pas avoir tenté la montée moi-même avec notre brave petite Toyota Yaris. La route était tout bonnement dans un état déplorable, traversée par des ruisseaux, éboulée, pleine de nids de poule et surtout, avec des dévers de plusieurs centaines de mètres sans parapet. Notre conducteur, lui, menait sa barque sans sa ceinture, avec le téléphone dans une main et l'autre pour gérer le volant et l'ensemble des milliards de boutons et leviers du tableau de bord. Très rassurant... 15 kilomètres de cailloux pour passer de zéro à 900 mètres d'altitude.

Une fois au sommet, le temps était particulièrement mauvais. Un brouillard à couper au couteau, une visibilité d'à peine une vingtaine de mètres, et de la bruine persistante. Après avoir rapidement demandé si c'était bien raisonnable de faire de la moto-neige par ce temps et s'être équipés d'une combinaison, d'un casque et de gants, nous sommes partis à pied vers le glacier situé à seulement 200 mètres du refuge. Là, dans le blanc immaculé de la neige mélée au brouillard, une trentaine de moto-neiges étaient garées, attendant leurs chauffeurs. Après une brève explication sur le fonctionnement de ces monstres, nous sommes partis en file indienne dans la brume.

Alors que l'on soit clair, j'ai déjà fait de la moto, j'ai déjà fait du scooter, j'ai déjà fait du jet-ski, mais je dois dire que la moto-neige est de très loin le truc le plus instable que j'ai jamais conduit. C'était vraiment horrible, comme faire de la moto sur une piste de ski de bosse. D'un autre côté, une fois que l'on s'habitue au fait de pencher dans les virages, de tenir bien fermement le guidon et de ne pas essayer de sortir d'une trace précédente sous peine de se retourner misérablement, on s'en sort à peu près. Il faut aussi savoir que ça ne se conduit pas pareil selon la vitesse, en dessous de 20 km/h, il est très difficile de tourner, en dessous de 40 km/h, il est impossible de sortir des traces des moto-neiges précédentes et au dessus de 40 km/h, il faut faire très attention à ne pas se retourner. On subit alors toutes les irrégularités de la neige de plein fouet.

Au bout de quelques kilomètres, le temps s'est découvert et nous avons eu droit à un magnifique ciel bleu et un grand soleil au sommet du plus grand glacier d'Europe. A droite, de la neige, à gauche, de la neige, en face, de la neige et étrangement, derrière aussi. C'était vraiment un endroit épatant, de la neige à perte de vue, puis un mur de nuages à hauteur du sol à 360° et au dessus, du ciel bleu. Nous avons fait quelques pauses pour admirer le paysage et écouter quelques explications du guide. La balade a duré une bonne heure et demi et je peux vous dire qu'au bout d'une heure déjà, vous commencez à avoir vraiment mal au poignet, la manette des gaz étant très rigide. Je pense que ça doit être une question d'habitude.

En tout cas, la balade était incroyable, tout comme la montée et la redescente du glacier en 4x4. Très typique. Et le fait de faire de la motoneige sur un glacier situé sur un volcan actif est tout à fait dépaysant (pour quelqu'un qui ne fait pas de la moto-neige tous les jours).

Petit avertissement : les organisateurs manient à merveille la manipulation de touriste. Ils vous emmènent là haut dans leurs 4x4, mais une fois en haut, il faudra les attendre pour redescendre. Ce qui signifie que si vous changez d'avis en haut, vous devrez attendre et qu'en revenant de la balade, vous devrez soit manger dans leur cafétéria sûrement hors de prix, soit attendre qu'ils aient fini de manger. Ne vous laissez pas avoir.


Skálafellsjökull (02/09/2009) Croisement avec la F985Skálafellsjökull (02/09/2009) 4x4 Glacier JeepsSkálafellsjökull (02/09/2009) Notre carrosseSkálafellsjökull (02/09/2009) Moto-neigesSkálafellsjökull (02/09/2009) Sur le plus grand glacier d'EuropeSkálafellsjökull (02/09/2009) Attention aux crevassesSkálafellsjökull (02/09/2009) Zone dangeureuseSkálafellsjökull (02/09/2009) Glacier Skálafellsjökull vu du ciel

Jour précédent Lieu suivant Voir le jour correspondant

L M M J V S D
24 25 26 27 28 29 30
31 01 02 03 04 05 06
07 08 09 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
août-septembre 2009
XHTML 1.1 Valide CSS 2.1 Valide